Faut il prendre un supplément en vitamine D ?

Dernière mise à jour : 14 mars 2020

En théorie les personnes qui devraient se supplémenter sont : les femmes enceintes ou allaitantes, les enfants , les adolescents , les personnes âgées de plus de 65 ans, les personnes qui présentent des facteurs de risque de cancers.

Depuis quelques décennies, le manque en vitamine D touche une population de plus en plus large.


Aujourd’hui, en France, 80 % de la population seraient au-dessous du seuil de déficit établi à 30 ng/ml et 40 % seraient au-dessous des 20 ng/ml !

Ainsi, ce ne sont pas seulement les personnes souffrant d’ostéoporose et/ou hospitalisées pour fracture qui doivent être complémentées, mais aussi un grand nombre d’adultes et d’adolescents en apparente bonne santé.

Ce n’est qu’au début des années 2000 que les chercheurs ont vraiment commencés à percer le mystère de la grippe en hiver. En 2006, des chercheurs ont validés que les infections étaient plus fortes et plus fréquentes chez les personnes qui avaient les taux de vitamine D les plus bas, en hiver.

En hiver, vous manquez de vitamine D !

La vitamine D, qui était jusqu’alors surtout connue pour son rôle dans le maintien de l’os, jouerait un rôle important dans le fonctionnement normal du système immunitaire et nous protégerait des infections!

La supplémentation en vitamine D fait donc partie des stratégies de tout premier plan pour se protéger de la grippe. C’est encore plus important l’hiver, pendant lequel il n’y a plus d’UVB nécessaires pour la fabriquer.

La vitamine D a donc des effets profonds sur l’immunité innée qui nous permet de répondre rapidement aux agresseurs que sont les bactéries, les champignons et les virus. Le corps se défend contre ces agents infectieux en fabricant une famille de substances antibiotiques et antivirales appelées AMP (peptides antimicrobiens).

Plus il y a de vitamine D dans votre corps, plus il fabrique de ces antibiotiques naturels. Par ailleurs, la vitamine D est indispensable pour que les globules blancs soit différenciés en cellules efficaces, et pour qu’ils gardent une capacité optimale de multiplication.

On a récemment identifié que la vitamine D a cet effet en aidant les globules blancs à rallonger leurs télomères; un petit bout d’ADN qui se raccourcit à chaque division.

Toutes les études qui ont testé l’effet de la vitamine D montrent que lorsque les doses utilisées sont trop faibles, la vitamine D ne protège pas correctement de la grippe.

La vitamine D stimule pas moins de deux cents gènes différents. Elle cumule à elle seule un nombre considérable d’activités (liste non exhaustive);

- Elle favorise l’absorption du calcium et du phosphate présent dans le bol alimentaire à travers la muqueuse intestinale et contrôle aussi sa fixation et son excrétion, importante pour la santé de nos os, maintenir notre squelette solide et bien formé

- Elle intervient dans la modulation de l’expression de cellules immunitaires qui appartiennent au système inné (macrophages, cellules NK, cellules dendritiques des muqueuses) ou au système adaptatif (lymphocytes B et T).

Elle lutte donc contre les infections ou atténue les maladies auto-immunes et réduit le risque de cancers.

- Elle réduit le stress oxydant au sein des cellules et facilite la réparation des dommages subis par l’ADN. Elle stimule la production par l’endothélium vasculaire de monoxyde d’azote (NO), vasodilatateur et neuromédiateur dont la carence est un facteur majeur du vieillissement artériel.

- Elle réduit l’activité du système rénine/angiotensine/aldostérone (système rénal qui permet la régulation du statut du corps en sodium et en eau) et de ce fait, favorise le maintien des chiffres tensionnels artériels. Elle s’oppose à la fibrose vasculaire, responsable du vieillissement artériel et de ses complications.

- Elle participe à la régulation du métabolisme du glucose en facilitant l’action de l’insuline.